les-brumes-de-l-apparence

Cette semaine, Margaux (du Team Rédaction) nous présente son coup de cœur : « Les brumes de l’apparence » de Frédérique Deghelt.

 

 

 

L’histoire

Alors qu’elle mène une vie professionnelle et familiale épanouie en ville de Paris, Gabrielle apprend qu’elle a hérité d’un terrain au cœur de la campagne française. Citadine convaincue, elle s’empresse de se rendre dans le village en question afin de régler cette affaire au plus vite, espérant conclure une vente rapide. Pourtant, des « rumeurs » concernant la « Forêt des Brumes» l’obligent à reconsidérer son projet : personne dans les environs n’achètera ce petit bout de terre, tant des événements mystérieux y sont reliés. Au contact de cette terre héritée de ses ancêtres et au gré des rencontres, Gabrielle découvre alors un monde qui lui était jusque là presque inconnu, celui de la médiumnité. Serait-ce vraiment possible d’entrer en contact avec ceux qui nous ont quittés ? Comment intégrer cette nouvelle dimension dans une vie déjà si engagée ?

 

 

 

Au fil des pages

Frédérique Deghelt nous emmène dans la remise en question profonde et intime de Gabrielle sur sa vie et sa réalité, poussant même à redéfinir les frontières du réel. Entre méfiance et peur, découvertes et épanouissement, réflexions et sensations, elle explore avec finesse les contours d’une vie qui bascule dans un nouveau monde. Mais ce qui importe, au final, n’est-ce pas la vie, tout simplement, telle qu’elle nous transforme à chaque instant ?

 

 

« Moi, mes grands écrans, mes fêtes, mes musiques, mes spectacles en technicolor, mon mari et ses stars refaites… Tous jeunes, tous beaux, tous réparables, loin des outrages du temps… Notre couple magnifique, si amoureux, admiré, voire envié de tous les copains… Nos rires, notre insouciance, notre mépris de ce qui est déprimant… Il était beau, notre bonheur ! Construit, inébranlable ! Nous n’étions pas pauvres, pas moches, pas bêtes, nous n’étions pas concernés. Nous nous pensions éternels et nous existions, certes, mais nous n’étions pas vivants. »

 

 

Margaux