800px-A_Seder_table_setting

Avec le temps, de plus en plus de chrétiens incluent la Pâque (ou Pessa’h chez les juifs) dans leur liturgie pendant la montée vers Pâques. En effet, on peut vraiment voir le lien entre la messe catholique et la Pâque. Après tout, Jésus avait établi l’eucharistie précisément pendant la Pâque et la messe catholique d’aujourd’hui conserve encore divers aspects de ce repas. C’est aussi une occasion de prendre conscience de la façon dont la liturgie peut vraiment nous unir en tant que communauté au nom de Dieu alors que nous célébrons sa révélation à l’humanité dans le temps.

 

 

 

Pessa’h

La Pâque célèbre l’exode d’Égypte lorsque les Juifs devaient manger rapidement avant de partir la nuit, délivrés par leur Dieu. De la même manière, Jésus a établi l’eucharistie avant de nous délivrer en acceptant la Passion. De même, la Pessa’h marque la naissance de la nation juive avec une identité restaurée après sa libération de l’esclavage en Égypte et la première eucharistie marque le début de l’église, par l’établissement du sacerdoce et l’eucharistie.

 

Tout comme il y a différentes étapes dans la messe catholique: liturgie de la parole et liturgie de l’eucharistie, le Seder (le repas de Pessa’h) compte 15 étapes qui se succèdent. Il existe également quatre éléments communs qui lient le Seder à la messe catholique, en particulier celle de la veillée pascale : la lumière, l’eau, le vin et Dieu en tant que Rédempteur.

 

 

 

 

Des étapes

Chaque Seder commence par un Kiddouch pour sanctifier le Jour Saint qui, dans la tradition juive, est le Shabbath, tout comme dans la tradition chrétienne, c’est le dimanche. Une coupe de vin est versée à chacun pour symboliser la sanctification du jour. La Pâque et la veillée pascale commencent les deux également par l’allumage de bougies.

 

La deuxième étape est le lavement des mains (Urchatz), qui est également un rituel que le prêtre pratique pendant la messe au début de la liturgie de l’eucharistie.

 

La troisième étape est le Karpas où un légume (généralement un morceau de persil) est plongé dans de l’eau salée et une bénédiction sur les produits cultivés à partir de la terre est récitée. Cela ressemble à la prière que le prêtre récite au début de la liturgie de l’Eucharistie: «Béni sois-tu Seigneur de toute la création» pour le «fruit de la terre, œuvre de nos mains». Plus tard, il y a une étape – le Motzi – qui invoque spécifiquement la bénédiction sur le pain.

 

La quatrième étape est la fraction d’une des 3 tranches de pain sans levain (le type de pain que Yahweh avait commandé aux juifs de préparer en vitesse avant de quitter l’Égypte. De même, dans la liturgie eucharistique, après la consécration, l’eucharistie est cassée en deux avant le prêtre dit «voici l’agneau de Dieu… ».

 

La cinquième étape est le « raconte » (Maggid), le rappel de l’exode d’Égypte. Chaque personne à table entre dans le voyage comme si elle le vivait elle-même. Ce qui s’est passé dans l’Exode est ce qui fait d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui: le peuple de Dieu. De même, dans la liturgie pascale, nous rappelons comment Dieu, dès le début des temps, s’est révélé à nous et a fait de nous ce que nous sommes: son peuple. En plus,  l’Exode est l’un des textes lus dans la veillée pascal. Pendant ce temps, on sert la deuxième coupe de vin appelée la coupe des pestes et les juifs mangent du Charoseth (un mélange de pommes finement coupées en dés avec de la cannelle) pour représenter le mortier que les juifs ont construit en briques comme esclaves en Egypte. Tout comme les Juifs se souviennent de la nuit où ils ont quitté l’Égypte, dans l’Exultet de la Veillée Pascal, les mots suivants sont prononcés:

 

« Ce sont donc les fêtes de la Pâque,

dans lequel est tué l’Agneau, le seul véritable Agneau,

dont le sang oigne les piliers des croyants.

C’est la nuit

une fois que vous avez conduit nos ancêtres, les enfants d’Israël,

de l’esclavage en Egypte

et les a fait passer à sec chaussés à travers la mer Rouge.

C’est la nuit

cela avec une colonne de feu

banni les ténèbres du péché.

C’est la nuit

que même maintenant dans le monde entier,

distingue les croyants chrétiens des vices du monde

et de la pénombre du péché,

les conduisant à la grâce

et les rejoindre à ses saints.

C’est la nuit

quand Christ a brisé les barreaux de la mort

et est sorti victorieux des enfers. « 

 

Après avoir rappelé le Maggid, on chante une chanson spéciale de jubilation de 15 strophes – le Dayenu (qui se traduit par «ça aurait suffi») – ces 15 strophes imitent les 15 psaumes appelés «chansons de la ascension », c’est-à-dire les chants qui ont été chantés pendant que les Juifs montaient à Jérusalem.

 

Après le récit et le chant de Dayenu, les mains sont lavées et le pain sans levain (Matzos) béni. C’est à ce moment-là appelé le Motzi que Jésus prit le pain pendant le Seder avec ses disciples et dit les mots «Prenez et mangez, c’est mon corps qui est livré pour vous», qui sont les mêmes mots que le prêtre récite à ce jour pendant la consécration. En fait, cette étape est suivie par la division du pain en morceaux qui sont passés autour de la table et tout le monde en mange un morceau. Certains ritescatholiques, comme  celui de la communauté néocatécumale, célèbrent encore chaque messe en utilisant le Matzos pour l’eucharistie et en le passant autour de la table (de l’autel) pendant la messe, qui a généralement lieu le samedi soir, tout comme le Seder.

 

800px-A_Seder_table_setting

 

Contrairement à la messe, pendant le Seder, il n’y pas seulement le vin et du pain qui sont consommés. Les Juifs mangent aussi des herbes amères (Maror) qui leur rappellent l’amertume qu’ils ont endurée en Égypte. Après cela, le repas est composé notamment d’un agneau. En effet, la dernière punition infligée par Dieu aux Égyptiens avant que les Juifs ne soient autorisés à partir était le meurtre des premiers-nés de chaque maison, à l’exception des maisons dans lesquelles le sang d’un agneau sans tache recouvrait la porte. De même, nous sommes épargnés par la mort par Jésus : l’agneau sans tache de Dieu. Isaïe fait également référence à Jésus comme étant l’agneau: «Il était opprimé et affligé, mais il n’a pas ouvert la bouche; il a été conduit comme un agneau à la tuerie,et comme un mouton se tait devant ses tondeurs, il n’a pas ouvert la bouche ». (Is 53: 7). Vers la fin de la messe, le prêtre dit aussi: «Voici l’agneau de Dieu, celui qui enlève les péchés du monde, béni sommes ceux qui sont invités à la table de l’agneau». Un autre aliment qui a été adopté dans le christianisme est l’œuf que nous mangeons à Pâques pour symboliser la vie nouvelle, en référence à la résurrection de Jésus.

 

Le rituel du Seder est suivi par le versement de la troisième coupe de vin, appelée la coupe de la Rédemption. Il est dit que Jésus a dit les mots « prenez cette coupe et buvez-la, car c’est la coupe de l’alliance éternelle dans mon sang, versée pour vous » (Luc 22:20), à la suite de quoi la Bénédiction (Barech) est récitée. Vient ensuite une quatrième coupe de vin, la coupe de louange qui amène à la fin du repas.

 

J’aimerais terminer par une version chrétienne de la chanson de Dajenu mentionnée précédemment, chantée dans certaines messes à la fin de la veillée pascale, en guise de gratitude pour tout ce que Dieu a fait avec son peuple. Après tout, c’est vraiment une «heureuse faute qui nous a valu un si grand, un glorieux Rédempteur!»

Avec combien de dons le Seigneur nous a-t-il remplis !

Si Christ nous avait délivrés d’Egypte et ne nous avait pas rendu justice contre Pharaon, cela nous aurait suffi !

S’il nous avait rendu justice contre le Pharaon et ne nous avait pas libérés de toutes les idoles, cela aurait suffi !

Si Christ nous avait affranchis de toutes les idoles et ne nous avait pas donné leurs richesses, cela aurait suffi !

S’il nous avait donné leurs richesses et ne nous avait pas ouvert la mer, cela aurait suffi !

Si Christ avait ouvert la mer pour nous et n’avait pas jeté nos ennemis à la mer, cela aurait suffi !

S’il avait jeté nos ennemis à la mer et ne nous avait pas laissé le chemin du désert, cela aurait suffi !

Si Christ nous avait donné un chemin dans le désert et ne nous avait pas nourris du pain de vie, cela aurait suffi !

S’il nous avait nourri avec le pain de vie et ne nous avait pas donné le Jour du Seigneur, cela aurait suffi !

Si Christ nous avait donné le Jour du Seigneur et n’avait pas scellé avec nous la Nouvelle Alliance, cela aurait suffi !

S’il avait scellé avec nous la Nouvelle Alliance et ne nous avait pas conduits dans l’Église, cela aurait suffi!

Si Christ nous avait conduits dans l’Église et n’avait pas construit son temple en nous, cela aurait suffi !

S’il avait construit son temple en nous et ne l’avait pas rempli de son Saint-Esprit, cela aurait suffi !

Le Christ, notre Pâque, est ressuscité pour nous, Alleluia.

 

Vicky

 

Logo : Wikipedia