Roof_hafez_tomb

Ce 6 juin 2016 commence le ramadan pour les musulmans. Emmanuel Pisani, dominicain, enseignant à l’Institut catholique de Paris, spécialiste de l’islam, répond aux questions de Sophie de Villeneuve dans l’émission « Mille questions à la foi » sur Radio Notre-Dame.

 

 

 

Sophie de Villeneuve : Un internaute de croire.com demande si le Dieu de l’islam ressemble à celui des chrétiens.

E. P. : Les chrétiens comme les musulmans croient en un Dieu unique. A priori, il s’agit bien du même Dieu. Mais la connaissance que nous en avons est-elle la même ? Voilà la vraie question. Pour les chrétiens, nul n’a jamais vu Dieu. Mais Jésus-Christ nous l’a révélé. Dans l’islam, Dieu dit quelque chose de lui, mais on le connaît non pas par Jésus-Christ, mais par le Coran, et notamment par les noms divins. Dieu est le Tout-Puissant, le Miséricordieux, l’Omnipotent, le Roi, etc. Dieu a 99 noms. Il a aussi des attributs, donnés dans le Coran, qui permettent d’approcher Dieu, d’en avoir une connaissance. D’emblée, on a donc des théologies différentes. En christianisme, Dieu se révèle par son Fils, par le Verbe incarné, en islam il se révèle par des noms inscrits dans le Coran.

 

 

 

Ces noms donnés à Dieu par le Coran, ne pourraient-ils pas aussi s’appliquer au Dieu des chrétiens ?

E. P. : Oui, et d’ailleurs la Bible aussi donne des noms à Dieu. Mais, alors que saint Jean écrit que Dieu est Amour, ce mot amour ne figure pas dans les noms que le Coran donne à Dieu. Pour les chrétiens, Dieu est Père, Abba, et nous avons avec lui une relation de filiation. Ce mot père ne figure pas non plus parmi les noms divins du Coran. Enfin, si certains noms peuvent être communs, ils n’ont pas forcément la même signification théologique. Les musulmans invoquent un Dieu miséricordieux, qui fait miséricorde, et pour nous aussi Dieu est miséricordieux. Mais les mots arabes rahman et rahim signifient plutôt la bienfaisance de Dieu, qui accorde ses bienfaits à tous les hommes, à l’ensemble de l’humanité. Comme dans la Bible d’ailleurs, le soleil se lève pour tous les hommes, les justes comme les méchants.

 

 

 

On a  l’impression peut-être que le Dieu des chrétiens est plus proche des hommes que le Dieu de l’islam ?

E. P. :  En christianisme, Dieu veut se faire connaître. Il est amour. Quand on aime une personne, on a envie de vivre avec elle. Dieu nous aime et veut vivre avec nous. Il se fait chair pour demeurer parmi  nous, pour que sa créature qu’il aime puisse demeurer avec lui. Le Coran ne dit pas que Dieu est amour, même si Dieu manifeste de l’amour pour l’homme. En christianisme, Dieu aime le premier. Il nous aime avant même que nous ne l’aimions. Le Coran parle à cinq reprises de l’amour de Dieu. Cet amour est une récompense pour l’amour que l’homme lui manifeste. Un verset du Coran pourrait laisser entendre que Dieu aime le premier, mais il est mineur dans la tradition musulmane sur la question de l’amour.

 

 

 

Quand des chrétiens découvrent la prière musulmane, dans le dialogue interreligieux ou en vivant dans des pays musulmans, ils disent souvent qu’ils découvrent une autre manière de parler à Dieu et d’honorer Dieu.

E. P. : Je crois que découvrir d’autres religions peut bousculer nos. Notre tradition parfois s’essouffle dans le quotidien. La rencontre d’une autre tradition peut susciter la surprise, et nous permettre de redécouvrir et de nous réapproprier la richesse de notre propre tradition. Personnellement, c’est en étudiant l’islam que j’ai redécouvert la saveur de ma propre tradition religieuse et des évangiles que je connais depuis mon enfance, mais dont je ne voyais plus la singularité. C’est en étudiant la tradition musulmane que j’ai découvert comme à rebours la singularité et la puissance de ma tradition.

 

 

 

Dans la tradition chrétienne, on parle d’un Dieu trinitaire, ce qui étonne beaucoup les musulmans qui disent que nous avons trois dieux…

E. P. : En effet, c’est un grand défi pour les chrétiens d’expliciter l’unité d’un Dieu qui est trois personnes. Le langage théologique permet d’en rendre compte, mais il est difficile. Les pères de l’Église ont eu plutôt recours à des images, comme celle du soleil : il y a l’astre, qui est le Père, la source, le principe, puis le rayon de lumière qui jaillit, qui est le Fils, et la chaleur et la lumière qui vient réconforter les cœurs, l’Esprit. Tout cela, c’est le soleil, avec un phénomène de procession. La Trinité, c’est une relation.  

 

 

 

Cela n’existe pas en islam.

E. P. : Le Dieu de l’islam est en effet un monothéisme strict, qui n’est pas relationnel. Dans l’amour du Dieu des chrétiens, l’altérité, la relation, est très importante. C’est parce que Dieu est amour qu’il est trinitaire. 

 

 

Source : Croire.com