3 jours quiberon affiche

De très belles images en noir et blanc pour accompagner une actrice au sommet de sa gloire et de son malaise. Un film autour de l’actrice Romy Schneider, qui montre son immense besoin d’être aimée. 

 

 

Au départ, il y a une actrice allemande et francophone, Marie Baümer qui ressemble de façon frappante à Romy Schneider, et qui a le même âge qu’elle lorsqu’elle part à Quiberon. Puis la volonté d’un producteur de faire revivre cette icône du cinéma européen, et surtout, une réalisatrice allemande, Emily Atef qui raconte quelques jours hors du temps, avec des images en noir et blanc, pour souligner la nostalgie d’une époque révolue.

 

L’action se passe en 1981 et l’actrice Romy Schneider est au sommet de sa popularité, autant dans la presse à scandale que pour les critiques de films. C’est une jeune femme d’origine autrichienne qui a été populaire très jeune, après avoir incarné la princesse Sissi dans plusieurs films. Ce rôle lui colle à la peau et elle a essayé de s’en défaire en travaillant, avec succès, pour des réalisateurs français.

A 40 ans, Romy est une femme d’une beauté sidérante mais, dans son regard, brille déjà le drame. Sa vie sentimentale est un désastre qui la fait beaucoup souffrir mais une aubaine pour les médias, surtout après une idylle avec Alain Delon.

Pour se débarrasser d’un penchant trop fort pour les boissons alcoolisées et les médicaments, et pour fuir aussi une vie privée trop compliquée, elle part 3 jours faire une cure dans un grand hôtel de Quiberon. Mais comme souvent, ça ne va pas se passer comme prévu. Romy n’a aucune envie de manger des haricots verts et de ne boire que de l’eau.

 

Très vite, on se rend compte qu’elle est incapable d’être seule et à un besoin terrible d’être aimé et admirée. Pour tromper son ennui, qui vire à l’angoisse, elle appelle une amie d’enfance et accepte une longue interview avec des journalistes allemands. On va assister, presque en direct, à un exercice de manipulation orchestré par ces deux journalistes. Ils commencent par commander des bouteilles de vin blanc puis, entre séduction et flatterie, ils vont la laisser parler et se raconter d’une façon intime, qui va se révéler être désastreuse pour son image professionnelle.

 

3 Jours à Quiberon est le portrait poignant d’une femme célèbre incapable de gérer sa vie. Le film rend très bien l’ambiance particulière des années 1980, et le changement dans les relations entre les vedettes et les médias. Pour les acteurs, il faut désormais être dans le politiquement correct si on veut être pris au sérieux, alors qu’en face, c’est l’avénement de la press people très agressive. Un film qui nous fait bien ressentir combien la célébrité peut être un poison.

 

 

Magali Van Reeth

 

Source et images : Signis