calamity 2

Marta Jane est une petite fille joyeuse et déterminée. On la découvre dans un convoi de chariots traversant les immenses étendues de l’Amérique du nord pour trouver une terre promise, ou du moins un terrain pour se poser et bâtir une maison. C’est un voyage où les difficultés ne manquent pas, la route est longue et dangereuse et c’est une époque rude pour les filles.

 

Marta Jane aimerait s’occuper des chevaux et les monter, mais c’est réservé aux hommes et aux garçons, comme les pantalons et le lasso. On attend d’elle des occupations plus classiques : s’occuper de ses frère et sœur, de son père malade, rester à sa place de petite fille pauvre, même quand elle est humiliée.

 

Calamity est le récit d’une belle aventure dépaysante pour faire rêver de liberté et de grand air les enfants d’aujourd’hui : allumer un feu dans la forêt, traverser des torrents, galoper sur un cheval avec le vent dans les cheveux, croiser des ours et des pumas, chercher de l’or… Marta Jane,en voulant faire respecter sa famille et défendre sa propre liberté au sein du groupe, va vivre des moments aussi difficiles que palpitants.

 

calamity 21jpg

 L’apprentissage de Marta Jane et sa transformation en Calamity se fait dans des paysages splendides aux couleurs chatoyantes, où le spectateur peut ressentir presque physiquement l’immensité de l’espace, le souffle d’une nature vierge et sauvage.

 

Au Festival international du film d’animation d’Annecy 2020, Calamity a reçu le Cristal récompensant le meilleur long-métrage. Récompense méritée pour Rémi Chayé qui, après le film Tout en haut du monde (2016), confirme son talent de scénariste et de réalisateur pour des récits d’aventures aussi beaux que captivants.

 

 

Magali Van Reeth

calamity affiche

 

Source et images : Signis