ramdam affiche 2

Autour de la fermeture d’une mosquée dans un petit village, cette comédie trouve le ton juste pour parler des différentes attitudes des musulmans de France face à leur religion. Présentation par Magali Van Reeth de Signis.

 

Amine est un éminent professeur de l’Université de Bordeaux, spécialiste de l’islam, à qui une université américaine vient de proposer un poste. Marié, père de deux jeunes enfants, il s’entend mal avec Rachid, son père, immigré de la première génération, devenu un entrepreneur influent dans la petite ville de Saint-Marsain, et président enthousiaste du club de rugby. Lorsque Rachid fait expulser le local de la mosquée pour en faire une boîte de nuit, les deux hommes s’opposent férocement.
 

Le genre de la comédie permet d’utiliser l’humour pour dire des choses qui fâchent mais qui existent pourtant. Ainsi le jeune Adama, musulman et noir, est victime de racisme, non pas au sein de son club de rugby où il est l’un des meilleurs éléments, mais justement dans la communauté maghrébine où tout le monde n’aime pas les noirs ! Parmi les habitués de la mosquée, le plus radical est Rémi, un converti de fraîche date, portant la djellaba sans élégance et ayant un discours très hargneux. Une jeune femme toute enveloppée de tissu noir avoue qu’elle aime ainsi provoquer pour qu’enfin, on la regarde : elle préfère le regard lourd de reproches à l’indifférence…

 

 

Ramdam 2

 

 

 

Les tensions entre Amine et Rachid illustrent la différence de ressenti face à l’intégration. Amine, immigré de la seconde génération s’est parfaitement intégré, et sans difficulté grâce à ses études, dans la société française. Bien que spécialiste de l’islam, il n’est pas pratiquant mais n’a aucun problème vis-à-vis de ceux qui le sont, parfois de façon très éloigné de toute exégèse. Au contraire de Rachid, son père, arrivé  »direct du bled » sous les quolibets, ayant dû beaucoup travailler, renoncer à sa culture, pour devenir invisible en attendant de maîtriser tous les codes de la nouvelle société. Rachid n’aime pas les religieux, et il est mal à l’aise avec les femmes voilées.

 

Avec humour et légèreté, Ramdam réussit parfaitement à aborder des sujets sensibles et montre que la conciliation et la réconciliation sont possibles. C’est aussi l’occasion de voir ces acteurs chaleureux que sont Sid Ahmed Agoumi, Djemel Barek et Farida Ouchani. Français ou Algériens, comme Lyes Salem qui interprète le personnage principal, ils sont des artistes nourris de leurs deux cultures et qui, par leurs contributions, enrichissent le théâtre et le cinéma des deux côtés de la Méditerranée.

 

 

Magali Van Reeth
 

 

 

 

Source et images : Signis