langage oiseaux 3

« Les paroles, les différentes langues, souvent divisent les hommes, ils n’arrivent pas à se comprendre. Pourtant la parole est faite pour communiquer, pour exprimer aussi ce que nous ressentons. Ou bien, c’est plutôt la musique qui témoigne de nos sentiments? Les mots nous divisent-ils ou créent des liens? par derrière les mots, par derrière les habits qu’une personne porte ou ne porte pas, il faut chercher le lien qui nous unit. » 

Voilà comment Giovanni Polito, Giovanni Polito, prêtre aumônier catholique à l’EPFL, présente l’intention de son blog dialogues.art-sacre.net d’où vient cet article.

Vous trouverez les précédents articles en inscrivant « Le langage des oiseaux » dans l’onglet « Recherche » de notre site.

 

 

6ème étape: découverte de l’unité entre nous et entre nous et le Simorgh. Troisème stupéfaction: de l’être-ne pas être on passe à l’être de Dieu qui remplit tout.

چون ندانستند هیچ از هیچ حال       بی زفان کردند از آن حضرت سؤال

کشف این سر قوی در خواستند                  حل مایی و توی درخواستند

Comme ils ne comprenaient rien au sujet d’aucun état,

sans langue ils exprimèrent une question à cette Présence

Ils désiraient ardemment le dévoilement de ce mystère

ils cherchaient la solution du “nous” et du “toi”

 

Il faut souligner ici l’utilisation de la part de Farîd ud-Dîn ‘Attâr d’un vocable qui assume une signification très particulière et fondamentale dans l’expérience spirituelle. Il s’agit du mot “hâl”, qui littéralement signifie état et qui indique aussi l’état spirituel que nous traversons, l’étape spirituelle qui est la notre. Ici les trente oiseaux ont traversé de nombreuses étapes et d’aucune ils n’avaient la clé. L’entendement et la pensée s’y perdent.

 

 

7ème étape: voir en Dieu l’unité entre notre âme et notre corps. Nous nous voyons en Dieu comme dans un miroir et nous connaissons comme Il nous connaît.

بی زفان آمد از آن حضرت خطاب           کاینه‌ست این حضرت چون آفتاب

هر که آید خویشتن بیند درو            جان و تن هم جان و تن بیند درو

Sans langue vint de cette Présence un discours

Comme un miroir est cette Présence comme un soleil

celui qui vient à lui se voit lui-même en lui

âme et corps ensemble âme et corps il voit en lui

 

Ici Simorgh est appelé par son titre de majesté, Présence. Cette Présence nous révèle notre propre présence à nous qui sommes devant lui, nous nous percevons nous-mêmes, comme dans un miroir. Son regard nous révèle ce que nous sommes en réalité, notre corps et notre âme aussi, le mystère intérieur qui nous habite et dont notre corps est l’image. Une unité profonde est annoncé ici, celle entre l’âme et le corps, indissociables, dont l’une est le reflet de l’autre. Notre expérience intérieure, spirituelle, se reflète aussi dans l’apparence de notre corps et lui donne forme. Cela rappelle aussi les philosophes de l’antiquité, comme Aristote, qui affirmaient que l’âme est celle qui donne sa forme au corps. C’est une unité indissociable et c’est là une vérité qui est aussi révélée aux oiseaux.

 

 

8ème étape: nous nous voyons en Lui et nous percevons que notre existence vient de Lui. Nous ne pouvons l’atteindre, ne ne pouvons Le voir par nous mêmes.

چون شما سی مرغ اینجا آمدید              سی درین آیینه پیدا آمدید

گر چل و پنجاه مرغ آیید باز      پرده‌ای از خویش بگشایید باز

گرچه بسیاری به سر گردیده‌اید    خویش را بینید و خود را دیده‌اید

هیچ کس را دیده بر ما کی رسد        چشم موری بر ثریا کی رسد

Puisque vous êtes venus ici trente oiseaux

trente deviennent visibles dans ce miroir

s’il venait encore quarante ou cinquante oiseaux

vous ouvririez le voile sur vous-mêmes.

Bien que vous ayez erré longtemps

c’est vous-mêmes que vous regardez et vous avez vu votre vous-mêmes.

Pour personne la vue n’est arrivée jusqu’à nous

l’oeil de la fourmi comment arriverait-il jusqu’aux Pléiades?

 

Voici que l’effort maximal de la créature, la longue pérégrination des oiseaux les a conduit à la limite extrême qu’ils pouvaient rejoindre, mais voici leur impossibilité à rejoindre par leurs seules forces, le mystère de l’origine de leur vie. Celle-ci est aussi la vérité qui leur est révélée sur la condition de la créature, face au créateur. Ils perçoivent le regard bienveillant de Celui qui les fait exister, ils se perçoivent en Lui et ils se perçoivent en tant que tenant de Lui leur existence, leur corps et leur âme, le mystère de leur création. En se voyant eux-mêmes, ils perçoivent leur vrai soi-même. C’est avec ce corps et cette âme, qu’ils sont allés jusqu’à Lui, qu’ils sont arrivés en sa Présence. L’âme a infusé au corps le courage, la volonté, l’aspiration à rejoindre la source de la vie, elle a fait prendre au corps tous les risques de se perdre, de perdre sa propre vie. Chercher le Créateur était plus important que leur propre vie, il valait bien le risque. Et pourtant maintenant ils doivent mesurer que Celui-ci est au-dessus d’eux, qu’ils ne peuvent l’atteindre, qu’il n’est pas à leur portée.

 

 

9ème étape: nos actions viennent de Lui et sont en Lui.

دیده موری که سندان برگرفت                پشهٔ پیلی به دندان برگرفت

هرچ دانستی، چو دیدی آن نبود             و آنچ گفتی و شنیدی، آن نبود

این همه وادی که از پس کرده‌اید     وین همه مردی که هر کس کرده‌اید

جمله در افعال مایی رفته‌اید               وادی ذات صفت را خفته‌اید

Une fourmi a été vue soulever une enclume?

un moucherons soulever un éléphant avec ses dents?

Tout ce tu connaissais ce n’était pas comme ce que tu as vu

et ce que tu as dit et entendu, ce n’était pas ce que tu as vu.

Toutes ces vallées que vous avez traversé

et toutes ces actions valeureuses que chacun de vous a accompli

toutes vous les avez parcourues en accomplissant les actions de notre être

quant à la vallée de l’essence vous vous êtes endormis dans son attribut

 

Ici leur est révélé que dans ce chemin, ils n’auraient pas pu progresser et s’avancer vers la Présence du Créateur si celui-ci ne l’avait rendu possible. C’est lui qui élève notre entendement vers lui. Il l’élève à travers ce que nous pouvons percevoir de Lui dans les images de ce monde, dans la réalité qui porte son empreinte. De son essence nous percevons les attributs, c’est-à-dire les caractéristiques qui nous parlent de lui à partir de notre expérience humaine, mais Lui il les dépasse encore. Notre générosité, notre courage, notre amour sont à l’image du sien, ils nous parlent de Lui, mais sa générosité, son courage, son amour sont bien au-delà des notres.

Nous nous approchons de Lui par analogie, mais son essence demeure pour nous hors d’atteinte. Nous sommes dans ce monde visible comme un dormeur qui ne voit pas la réalité de ce qui l’entoure et pourtant il est bien dans cette réalité, mais il ne voit que ce que son esprit peut lui fournir comme représentation. Mais en cela il est conduit par son Créateur en sa Présence, c’est lui qui à travers toutes ces réalités et images du monde le conduit par analogie vers Lui, il l’élève. Mais au sujet de son essence nous ne pouvons pas ouvrir les yeux, c’est Lui qui va former les images qui nous serviront à le voir, comme dans un rêve, endormis dans ses attributs.

 

La suite dans 15 jours, sur pasaj.ch !

 

Giovanni Polito

 

Source : dialogues.art-sacre.net