Photo Flo

Emerveillée

Que tu puisses, Seigneur, Dieu de l’univers,

demander quelque chose à l’être humain que je suis,

demeure pour moi le plus grand des mystères.

Mystère plus grand que celui de la voie lactée,

de la germination des plantes et des marées d’équinoxe.

 

Je ne saurai jamais, tant que durera le monde,

pourquoi ton règne de lumière

fut ainsi confié à nos insuffisances.

Mais tout émerveillé, je m’écrie : « Qu’est-ce que l’homme

Pour que tu penses à lui ? »

 

Que tu puisses, Seigneur, Dieu de l’univers,

ne point trouver de repos

que tu m’aies gagnée tout entière,

que je sois destinés à vivre plus longtemps

que les astres au-delà des nuits,

que je sois destinée à n’être pas  demain

ce qu’aujourd’hui je suis,

demeurera toujours pour moi le plus grand mystères.

C’est pourquoi je m’écrie : »Qu’est-ce que l’homme

pour que tu te souviennes de lui ? »

 

Sœur Myriam (diaconnesse de Reuilly, religieuse protestante)

Prier –Septembre 2009