football 5_sxc.hu

Avec l’introduction de l’éducation physique dans les écoles, la soule dut être réduite à un terrain prédéfini et limité. Cependant, les règles demeurèrent simples et laxistes. Le style de jeu différait selon l’école : si à Charterhouse, Westminster, Eton et Harrow on privilégiait les dribbles et la finesse, on préconisait un jeu plus physique à Cheltenham et Rugby, qui permettaient de tenir le ballon en main. Vers les années 1840, le ballon devint rond et élastique grâce à Charles Goodyear et Domenico Nobili. Suite à ces améliorations, il rebondissait et était plus facile à frapper.

 

En 1846, le directeur de l’école de Rugby, Thomas Arnold, écrivit le premier règlement pour une rencontre organisée dans son école. Cependant, le sport proposé restait brutal, car il était permis de taper l’adversaire sous les genoux tant que celui-ci n’était pas immobilisé. De plus, on avait le droit de porter le ballon en main. Des tensions naissaient peu à peu. Certaines écoles suivaient les idées de Rugby, mais d’autres, comme Eton, Harrow, Winchester, Charterhouse et Westminster, s’opposaient à ce football. Ils préféreraient utiliser les pieds et rejetaient ainsi l’utilisation des mains.

 

En 1848, on tenta d’uniformiser les règles. Une réunion se tint à l’université de Cambridge. Les discussions, menées par quatorze étudiants issus des cinq écoles les plus influentes  (Eton, Harrow, Rugby, Shrewsbury et Winchester), allèrent bon train huit heures durant avant que ne naquissent les Cambridge Rules, première ébauche des règles du football. Elles mettaient au clair notamment la question de l’attribution des coups francs, instituaient des remises en touche, permettaient les passes en avant et interdisaient le jeu avec les mains.

Malheureusement, les écoles étaient trop têtues et pas assez solidaires pour toutes s’en remettre à ces règles, si bien que chacune continuait de suivre ses propres principes. Par exemple, la taille, le poids ou la forme du ballon variait. A Winchester, deux joueurs faisaient office de poteaux ; à Charterhouse, on jouait dans des cloîtres. De plus, les différences entre écoles faisaient naître des critiques : Eton jugeait le football rugueux de Rugby comme vulgaire, alors que Rugby jugeait celui d’Eton « efféminé » (on peut d’ailleurs remarquer que ces préjugés entre le rugby et le football existent toujours aujourd’hui!). Ainsi, alors que les Cambridge Rules auraient dû faire décoller le football, celui-ci régressait.

 

Le 24 octobre 1857 fut créé le Sheffield Football Club par Nathaniel Creswick et William Prest. Sheffield FC est le  premier club non-scolaire et plus vieux club toujours en activité (actuellement en Northern Premier League Division One South, soit la 8e division anglaise). Une année plus tard, les deux fondateurs du club rédigèrent puis publièrent les règles du football selon leur club (les Sheffield Rules). Comme les Cambridge Rules, elles remettaient en cause la violence et instituaient des coups francs suite aux fautes. De plus, elles apportaient les corners (ou coups de coin), les touches, définissaient les postes de gardien et d’attaquant et, puisqu’elles prohibaient la violence, conduisaient les joueurs à se livrer des duels aériens avec la tête si la balle était en l’air. Ces règles perdurèrent jusqu’en 1877.

Le premier match inter-club fut joué le 26 décembre 1860 entre Sheffield FC et Hallam FC (club fondé la même année et actuellement en Northern Counties East League Division One, soit la 10e division anglaise). Ce match se disputa à 16 contre 16.  En 1862,  John Charles Thring écrivit une version réactualisée des Cambridge Rules, qui s’appelleraient les Uppingham Rules ou également The Simplest Game. Celles-ci ne faisaient que reprendre les points essentiels de la version de 1848 mais en les restreignant. Aussi, il était désormais interdit de faire des crocs-en-jambe, de donner des coups et d’utiliser les mains (sauf pour arrêter le ballon et le poser devant soi avant de continuer l’action). Ces nouvelles règles réveillèrent les animosités entre les différents groupes de doctrines de football.

 

Le 26 octobre 1863, huit clubs et trois écoles de la capitale ou de la région envoyèrent des représentants à la Freemason’s Tavern (Londres) sur une initiative d’Ebenezer Cobb Morley, président et capitaine du club de Barnes. Soutenu par le journaliste Arthur Pember (aussi joueur à No Name Kilburn), il demanda la création d’une instance dirigeante dans le but d’enfin unifier les règles. C’est ainsi que  naquit la Football Association (ou FA), la Fédération Anglaise de Football. Pember en devint le premier président et Morley le secrétaire général. Les débats au sujet des coups aux tibias, des croche-pieds et de l’utilisation des mains allèrent bon train pendant six semaines jusqu’au 8 décembre.

Après une énième discussion, les partisans de Rugby se séparèrent définitivement des autres en quittant la Football Association. Ainsi se détachèrent le football et le rugby.

 

Jérémie, du Team rédaction

 

Article précédent : http://www.pasaj.ch/les-origines-du-football/

Et la suite de l’histoire du foot : à venir !

 

Sources :

  • www.fifa.com
  • http://denisrolland.univ.free.fr/pdf/Histoire%20du%20football.pdf
  • http://cahiersdufootball.net/blogs/teenage-kicks/tag/cambridge-rules/
  • www.wikipedia.com
  • http://cahiersdufootball.net/blogs/teenage-kicks/2013/10/24/il-y-a-150-ans-le-football-naissait-22/