Nasr Eddin 5

Des soldats en permission contaient leur dernière campagne. De nombreux paysans, qui n’avaient jamais combattu se pressaient autour d’eux et ne perdaient rien du récit de leurs exploits.

Le plus grand des soldats, véritable colosse au regard dur et à la carrure imposante, aperçut soudain le bâton que tenait Nasr Eddin. Il le lui arracha et se mit à frapper autour de lui, comme s’il avait en main son épée, mimant un combat avec tant de réalisme que la foule apeurée s’écarta.

-Voilà comment j’ai combattu contre les croisés et remporté la bataille après avoir tué une dizaine de soldats, expliqua-t-il.

-Cela me rappelle ma jeunesse, dit Nasr Eddin en récupérant son bâton, et surtout le jour où j’ai coupé la jambe d’un ennemi.

-Tu aurais mieux fait de lui trancher la tête, fit remarquer le colosse.

-Ce n’était pas possible, dit Nasr Eddin, un autre l’avait déjà fait.

 

Source : Livre « Contes des sages et facétieux Djeha et Nasreddine Hodja », paru aux éditions du Seuil en 2009, par Jean Muzi.