Nasr Eddin 7

-Nasreddine ! Je suis surpris de voir chaque jour les gens courir de tous côtés.

-Il faut s’en réjouir, mon ami, car tous allaient du même côté, la terre perdrait l’équilibre.

 

Source : Livre « Contes des sages et facétieux Djeha et Nasreddine Hodja », paru aux éditions du Seuil en 2009, par Jean Muzi.