Nasr Eddin 18

Un voyageur, de passage au village, demanda à un homme, adossé à un mur, s’il connaissait bien Nasreddin Hodja?

—  Je voudrais le rencontrer, dit-il, car on prétend qu’il est rusé. Étant donné que je prétends être plus rusé, je voudrais me mesurer à lui.

L’homme lui répond :

—  Peux-tu maintenir ce mur avec ton dos ? Ici, les  hommes du village se relaient  pour éviter qu’il ne tombe. Pendant ce temps, je vais aller chercher Nasreddin et je reviens prendre ma place.

L’homme s’exécuta aussitôt. Au bout de quelques heures, des hommes du village qui se demandaient ce qu’il faisait, l’abordent. Il leur expliqua ce qui s’est passé. Ils lui répondirent :

—  Pauvre idiot, tu as eu affaire à  Nasreddin lui-même !

 

 

Source : Livre « Sublimes paroles et idioties de Nasr Eddin Hodja », paru aux éditions Phébus en 2002, par Jes-Louis Maunoury.