Nasr Eddin 18

Nasr Eddin ne se déplaçait qu’à dos d’âne. Un matin où il était en retard, il éperonna sa monture un peu trop fort. Le baudet partit au galop. L’accélération fut si rapide que Nasr Eddin en perdit l’équilibre et tomba en arrière.

Des enfants assistaient à la scène. Ils se gaussèrent du malheureux qui se releva confus, le dos meurtri et les vêtements couverts de poussière.

-Du calme les enfants, leur lança-t-il, si je n’étais pas tombé, je serai tout de même descendu de mon âne. Ma chute n’a fait qu’avancer les choses.

 

Source : Livre « Contes des sages et facétieux Djeha et Nasreddine Hodja », paru aux éditions du Seuil en 2009, par Jean Muzi.