Nevit Dilmen

Nasr Eddin Hodja est un personnage mythique de la culture musulmane. Faux-naïf qui se cache derrière une apparente idiotie, il prodigue des enseignements tantôt absurdes tantôt ingénieux. Et si c’était là de la sagesse dispensée avec humour ? Aujourd’hui : le rossignol.

 

Nasr Eddin s’introduisit dans un verger, grimpa dans un abricotier couvert de gros fruits et se mit à manger les plus mûrs. Les abricots étaient si sucrés qu’il en avala rapidement plus d’une dizaine. Le propriétaire le surprit.

– Que fais-tu dans cet arbre ? lui demanda-t-il.

-Je fais comme tous les oiseaux, expliqua Nasr Eddin.

-Tu ne prétends quand même pas être un oiseau.

-Mais si !

-Et quelle sorte d’oiseau es-tu ?

-Un rossignol.

-Si tu es vraiment un rossignol, il faut me le prouver en chantant.

Nasr Eddin inspira profondément et émit quelques sons discordants. Le propriétaire du verger éclata de rire.

-Je n’ai jamais entendu un rossignol chanter aussi faux.

-Toi qui sembles connaître le chant des oiseaux, répliqua Nasr Eddin, tu devrais savoir qu’un rossignol qui vient de manger des abricots aussi acides que les tiens ne peut plus chanter correctement.

 

Source : Livre « Contes des sages et facétieux Djeha et Nasreddine Hodja », paru aux éditions du Seuil en 2009, par Jean Muzi.