taize-1

Immersion à Taizé: berceau de la foi et de la rencontre interculturelle. Une semaine internationale où c’est la retraite spirituelle et la rencontre entre peuples qui réunissent des jeunes adultes, comme toutes les années, dans cette communauté œcuménique en France.

Un lieu de repos, de retraite, de prière, de rencontre et d’échange. Un lieu d’enrichissement personnel ouvert sur le monde où on a beaucoup prié pour la paix et la fraternité. Par les veillées et les louanges nous avons invoqué le Saint Esprit, la Lumière qui éclaire les ténèbres. Tous les dimanches les frères/soeurs de Taizé et les pèlerins présents prient pour la paix. Dans une société où c’est le mal qui fait plus de nouvelles et où le quotidien paraît être dominé que par l’argent et le présent, la prière se transforme en instrument de victoire d’Espoir et d’Amour capable de croire dans un Monde meilleur.

Carrefour de cultures et rencontres, Taizé est également berceau de réflexion à partir duquel ont découlé de nombreux projets artistiques et sociaux.

 

La communauté en elle-même est d’après moi une sorte de projet admirable, dans le sens que c’est un microcosme de rencontre no profit où pour quelques jours, semaine, ou mois, coexistent des personnes de toute origines, couleurs, personnalités, caractères, problématiques, histoires, s’interrogeant sur le sens de la vie, se rencontrent et  partagent à la Lumière de la foi. Des chrétiens, des musulmans, des bouddhistes, des agnostiques etc, partagent les repas, les chambres ou tentes, les moments de louanges, de réflexions thématiques, de travaux communautaires le jour au jour et repartent enfin chez eux ressourcés.

Pour certains c’est également un moteur d’action et de développement de nouveaux projets. Lors des ateliers certains invités ont en effet témoigné de leur engagement concret, qui nous permet d’ouvrir les horizons et nous interroger par rapport à notre engagement à nous, dans nos villes et foyers.

 

Tout d’abord, le projet « La Rêv’othèque », cabane à jeux mobile, m’a beaucoup fait réfléchir à notre rapport au temps, au quotidien et aux choix de vie qui nous motivent. Ce projet découle de retraites spirituelles à Taizé qui ont persuadé les réalisateurs sur la nécessité de réaffirmer l’importance du Rêve et du Ralentir pour se Rencontrer dans nos sociétés pressés où « le temps est argent ». Faire une pause, prendre du temps pour jouer, rêver, se rencontrer, expérimenter, développer des compétences insoupçonnées et des moyens de vivre Autrement nous incite ainsi à réfléchir à notre propre Moteur existentiel. Le potentiel du projet réside dans le fait qu’il s’agit d’une initiative itinérante et intergénérationnelle qui nous faire réfléchir à qu’est-ce qui est finalement essentiel dans notre quotidien et à quel avenir nous rêvons et aspirons. « Pause » et ouverture d’esprit autour de la rencontre et de la liberté de l’Autrement…. une nécessité d’après moi de redécouvrir le caractère ludique, artistique, intergénérationnel et relationnel qui est l’Essence d’un vrai quotidien ! Pour plus d’informations allez découvrir le site de la Rêv’othèque : http://revotheque.fr/

 

Ensuite, Jean Vanier témoigne sur L’Arche , une communauté fondée par lui-même suite à la rencontre avec frère Roger à Taizé, où des personnes en situation de handicap et des personnes sans handicap partagent le quotidien et font un chemin de vie commun. Ce témoignage stimule donc d’après moi la réflexion par rapport à la place qu’on donne à l’handicap dans notre société, à la vision et considération qu’on a des personnes souffrant d’handicap et au rapport à l’Autre en général… finalement à l’Essence de la personne.

 

Troisièmement, le témoignage de Faustin Gahima  intitulé « la première victime est la vérité : quelques clés de lecture du conflit en République Démocratique du Congo et des raisons d’espérer et de s’engager » fait également réfléchir à l’engagement et aux réponses face au Mal et aux conflits. Faustin nous rappelle tout d’abord que par la prière il est possible de contribuer à combattre des guerres qui durent depuis des décennies et qui font des millions de morts. La prière en unité est la clé pour la Lumière. Ensuite c’est en soutenant des projets solidaires éducatifs, tels que l’ONG  Tumaini (=espérance en swahili), qu’il est possible de contribuer à changer le monde. Pour les détails à ce propos consulter le site: http://www.tumaini.it . En effet, je crois aussi que, comme il le disait Nelson Mandela : « Education is the most powerful weapon which you can use to change the world ».

Finalement, une autre possibilité, qui vient en réalité en amont, est celle de s’informer et de contribuer à la prise de conscience de notre responsabilité dans les conflits et à sensibiliser notre entourage par rapport à cela et au choix que cela engendre. La Vérité est souvent cachée et instrumentalisée mais la Lumière est plus puissant et éclairera…

 

Taizé contribue donc à ouvrir les horizons, à se remettre en question, à s’interroger et à repartir avec la Force et la positivité de la Lumière. Comme le disent les frères/soeurs dans leurs propositions pour cette année 2017 se rencontrer c’est aussi être « Ensemble pour ouvrir des chemins d’espérance ».

 

ChiaraBonne suite de réflexion et d’action donc et MERCI à toutes les personnes avec qui j’ai partagé et qui ont à leur tour partagé une partie de Lumière !

 

Chiara Mari

(Jeune travailleuse sociale, passionnée par les Arts et l’interculturel. Elle fait partie du groupe de jeunes adultes qui anime le groupe de prière de la Mission de langue portugaise à la paroisse de Renens)