Hyacinthe Heritier

T’es qui?

Hyacinthe Héritier, 28 ans, de Savièse (VS), éducatrice de la petite enfance.

 

Tu t’engages où?

Je suis actuellement le parcours de formation « Théodule » pour les futurs agents pastoraux laïcs du diocèse de Sion. Je fais également partie du comité des « Camps Voc’ », je chante au chœur Novantiqua, à la Maîtrise de la Cathédrale de Sion,  et je dirige le petit chœur « Fa-si-la chanter » sur la paroisse de Savièse.

 

Hyacinthe, l’Eglise de demain sera… ?

… dynamique, jeune, avec une soif d’engagement et de transmission de la foi.

 

Comment fonctionne le comité des Camps Voc’ ?

Nous sommes cinq et nous nous occupons de faire le lien entre les douze Camps Voc’ existants, nous nous chargeons de la publicité, du site internet, de la page Facebook. Nous avons aussi à cœur d’organiser une journée de formation pour tous les animateurs chaque année. Qu’on ait 8 ans, 12 ans ou 17 ans, ce sont des semaines très riches. J’en garde un excellent souvenir pour ma part et j’encourage tous ceux qui ne connaîtraient pas encore les camps à les découvrir l’an prochain !

 

La musique nourrit-elle ta foi ?

La musique me porte énormément. J’aime me mettre au service de l’Eglise et de la foi à travers cette passion et ce don. La musique sacrée élève l’âme et le plus beau compliment qu’on puisse me faire – dans le cadre du petit chœur « Fa-si-la chanter » –, c’est lorsqu’on vient me dire que nous avons aidé les gens à prier.

Dans le monde professionnel de l’éducation à la petite enfance, peux-tu partager ta foi ?
Avec les parents, pas vraiment, l’échange est plutôt professionnel. En revanche avec les collègues cela arrive régulièrement, même si cela va rarement en profondeur. Mais les petites perles échangées sont sympas…

 

Tu es en dernière année de la formation « Théodule » qui te donnera ensuite un engagement en paroisse. Qu’en retires-tu actuellement ?

Je me dirige vers l’enseignement, comme intervenante en milieu scolaire. Globalement je suis très satisfaite de cette nouvelle formation qu’offre le diocèse, le programme est tellement diversifié qu’on reste parfois sur notre faim tant c’est intéressant en tous domaines. La partie pratique – nous avons un stage sur les trois années – complète vraiment bien la partie théorique. Je vais chaque semaine en classe, pour des 3H, suivie par ma maîtresse de stage, et j’aime beaucoup ça !

 

Vincent Lafargue, paru dans Paroisses Vivantes

logoStAugustin