31483894_1672695962766114_2084854971760640000_n

Un bon millier de jeunes ont vécu la deuxième journée de l’édition suisse des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) à Fribourg. Parmi eux, le Valaisan Benjamin Moix a permis à cath.ch de le suivre tout au long des temps forts qui ont jalonné cette journée du 29 avril 2018.

 

“La messe était vraiment cool! Et c’est une bonne chose qu’ils aient pensé à nous pour apporter les offrandes à l’autel. On a pu participer sans être, nous d’un côté et les prêtres de l’autre!“, lance Benjamin Moix, heureux à la sortie de la messe, impressionné par la présence d’autant d’évêques et du cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. Il a apprécié le temps fort dominical, à l’instar de nombreux jeunes présents ce dimanche matin.

Le cardinal Kurt Koch est sur la même longueur d’onde. En se dirigeant vers la sacristie, il se dit impressionné et touché par le témoignage de foi des jeunes, tant la veille dans la prière que ce matin, pendant la messe. “Je suis ému, c’est une source d’enrichissement pour moi. Et quelle joie de voir cette cathédrale pleine avec tous ces jeunes!“.

 

 

 

Un cadeau du ciel

Mgr Alain de Raemy, l’évêque des jeunes en Suisse, a été happé par les fidèles dont la moyenne d’âge ne doit pas dépasser les 25 ans. Salutations, photo souvenir, il ne sait plus où donner de la tête. Seule sa mitre est visible dans la foule massée sur le parvis de la cathédrale. “Ces jeunes rayonnent! C’est un cadeau du ciel. Ils sont exigeants mais aussi très reconnaissants quand nous nous investissons pour eux“, explique l’évêque auxiliaire de Lausanne, Genève et Fribourg (LGF). Il attribue la réussite de la journée au comité d’organisation.

31786540_1674556612580049_8569450784863813632_nLes conclusions du pré-.synode des jeunes sont encore dans les têtes. Les jeunes n’ont pas attendu la réunion des évêques en octobre pour mettre en pratique ce que leurs contemporains ont dit au monde fin mars.

Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion, Mgr Marian Eleganti, évêque auxiliaire de Coire, Mgr Jean Scarcella, Père-Abbé de Saint-Maurice, également présents à la messe, sont assaillis dans la bonne humeur. Les jeunes Suisses sont en communion avec leurs évêques. Ils vont les retrouver à différentes occasions, tout au long de la journée.

 

 

 

“Des jeunes qui prient“ au rendez-vous

Les jeunes de cette communauté ainsi formée le temps de ces JMJ, se retrouvent d’abord devant la salle de la Grenette où ils prennent le déjeuner. Benjamin Moix est venu accompagné de ses amis du groupe valaisan “Des jeunes qui prient“ (DJP). Ils ont parqué leur “food truck“ sur la place. “On en profite pour faire la promo de l’édition 2019 d’OpenSky“, explique le Valaisan tout sourire.

La roulotte, attirant nombre de curieux et d’amateurs de raclette leur a permis de rencontrer beaucoup de monde depuis le samedi. Elle a connu un tel succès la veille qu’il ne reste plus de fromage. Les jeunes Valaisans interceptent l’évêque de Sion pour l’apéro. L’occasion d’échanger en toute décontraction.31444781_1671724862863224_6672829725582295040_n

 

Benjamin, la vingtaine, est originaire de Vétroz (VS), il étudie le droit à l’Université de Fribourg. Grâce aux JMJ, il est “à fond dans la foi“. Il reconnaît que ce n’a pas toujours été le cas. “L’abbé Jean-François Luisier, curé de Savièse (VS), est venu me chercher alors que je n’étais plus pratiquant“. Si ce ne fut pas facile au début, il assure être de plus en plus à l’aise pour parler de Jésus Christ. Il se réjouit de retrouver les jeunes dans les grands événements de ce type. “On n’est pas seul!“

Le soleil résiste encore à un ciel qui se voile progressivement. L’ambiance est estivale sur la place de la salle de la Grenette. Le groupe alémanique “Glorious Mess“, programmé à l’heure du dîner, égraine des titres plutôt rock devant un public clairsemé.


La journée se poursuit par des échanges sous la tente du village des JMJ. Répartis en groupes linguistiques, Vaudois, Fribourgeois, Valaisans et Français étudiant en Suisse, se retrouvent par classe d’âge pour discuter, ou débattre parfois, sur la confiance, la prière, la peur et leur manière d’y remédier avec la foi. Benjamin suit attentivement les discussions mais sans y prendre part. Dans l’enthousiasme des débats, les conversations digressent sur la messe, la louange, le silence.

 

 

 

“L’amour demeure“

Les groupes vont se défaire et se reformer en divers endroits du quartier pour les rencontres avec les évêques. Benjamin se dirige avec une centaine de jeunes vers l’église Ste-Ursule où les attend Mgr Lovey. Les échanges tournent, entre autres, autour de la place des femmes dans l’Eglise, de l’avortement, du charisme. A ce sujet, l’évêque de Sion explique à son auditoire que c’est un don reçu de Dieu et qu’à ce titre, il est gratuit. “On le reçoit non pour soi-même, mais pour aider les autres à grandir“.

Abordant le suicide, une jeune femme évoque le cas d’une amie qui, “malgré tout l’affection qu’elle a reçue et tout l’amour dont elle a été entourée“, a mis fin à ses jours. “Que dire d’un acte si fort et violent?“ Mgr Lovey explique que la mort, si violente soit-elle, n’a pas le dernier mot. “Tout ce qui a été offert ne 31676629_1674560265913017_7756090902212247552_npeut pas être perdu. Au-delà de l’acte, la personne demeure, l’amour demeure. Notre vie ici-bas n’est pas le tout de la vie et notre espérance chrétienne nous ouvre les portes vers autre chose“, rappelle l’évêque.

Il propose alors de prier pour cette personne. “Que le Seigneur lui ouvre ses bras et son cœur“, demande-t-il avant de réciter le Notre-Père, suivi par l’assemblée qui se lève instantanément pour prier.

 

Les louanges puis un enseignement ramènent les centaines de jeunes à la cathédrale. La cérémonie de clôture les disperse vers 16h00. Les remerciements s’enchaînent sous des salves d’applaudissements. Mgr Alain de Raemy les envoie après les avoir bénis. Il est à nouveau là sur le parvis de la cathédrale pour les saluer et les remercier. “Il y a des fruits, les racines ne sont pas mortes“, lance-t-il en souriant.

(cath.ch/bh)

 

Bernard Hallet

 

Source : Cath.ch

Images : facebook des JMJ Romandes