priere_plus_pure

Voici une petite histoire inspirée d’un conte juif :

 

Un vieux moine plein de sagesse se demandait quel était la prière la plus pure que l’Homme ait jamais adressée à Dieu.

 

Une nuit, en songe, un Ange du Seigneur vient le trouver et lui demanda :

 

J’ai appris que tu te demandais de qui montait la prière la plus pure, alors va y, propose moi des personnes…

 

Le moine, étonné, lui répondit alors : Est-ce une prière du Pape François ? Que Dieu a voulu comme successeur de l’Apôtre Pierre à la tête de l’Eglise Catholique  et qui est extrêmement populaire ?

 

L’Ange lui répondit que les prières du Pape étaient très belles, mais que ce n’était pas de lui que venait la prière la plus pure.

 

Alors le moine lui demanda : Est-ce alors un moine chartreux, vivant dans une ascèse totale et consacrant sa vie à la prière ?

 

Là aussi l’Ange lui répondit que les prières des moines et des moniales consacrant leur vie à Dieu étaient très belles, mais que parmi celles-ci aucune n’était la prière la plus pure.

 

Alors le moine, perplexe, se demanda si la prière la plus pure pouvait venir d’une autre religion et posa la question : Est-ce le Dallai Lama? Que beaucoup considèrent comme la réincarnation d’un bouddha n’ayant pas encore atteint le nirvana par compassion pour ses frères et dont la popularité dépasse largement le cercle du bouddhisme tibétain ? Ou alors le chef spirituel d’une autre religion ?

 

Encore une fois, l’ange répondit par la négative.

 

Alors le moine proposa une dernière réponse : Est-ce un de ces moines bouddhistes ? Dont l’ascèse et les temps de méditation n’ont par certains aspects rien à envier à certains de nos moins chrétiens ?

 

Et encore une fois, la réponse fut non, et il dit :

 

Viens, suis moi, je vais te montrer d’où est montée la prière la plus pure.

 

L’Ange l’emmena alors en songe vers un enfant habitant dans un village isolé.

 

Surpris, le moine demanda à l’enfant quelle avait été sa prière.

 

L’enfant, surpris par une telle demande, lui qui ne croyait pas savoir prier, lui dit après un moment d’hésitation : un jour ma maman est tombée gravement malade. Alors, ce soir-là, je suis monté sur le toit de ma maison, et j’ai dit au Seigneur :

 

Seigneur, je ne sais pas prier, mais je sais lire et écrire et je connais mon Alphabet. Alors, je vais le réciter dans mon cœur. Tu prendras les lettres et tu en feras la prière que tu aimes.