PR-football-stars

Voici le premier article d’une série sur le football anglais. Jérémie, du Team Rédaction de pasaj.ch, nous présente aujourd’hui les origines du football, avant de poursuivre sur l’histoire du football anglais dans les prochains articles.

 

Les premières traces écrites d’un sport ressemblant au football remontent à la fin du IIIe siècle avant J.-C. et apparaissent dans des textes chinois. Ce sport était appelé « cuju » ou « Tsu’ Chu » et consistait à propulser un ballon de cuir rembourré de plumes et de cheveux sans utiliser les mains dans un filet d’une quarantaine de centimètres fixé à des bambous. On y jouait pour se divertir ou, dans le cas des cavaliers, pour entraîner son physique. Les femmes pouvaient aussi y jouer. Le cuju disparut pendant la dynastie Ming (1368-1644), après avoir existé près de 2000 ans.

 

Vers l’an 600 de notre ère, un sport dérivé du cuju naquit au Japon : il s’agit du kemari. Son but était de maintenir une balle de peaux de bêtes en l’air sans utiliser les mains, tous les joueurs coopéraient dans ce but. Le kemari possédait même un sanctuaire dédié à Seidai Myojin, dieu du sport et en particulier du kemari. Cette variation du football est toujours pratiquée au Japon de nos jours, mais aussi mondialement sous une autre forme nommée « brésilienne » par les footballeurs.

 

On a aussi trouvé des traces de sports de balle se rapprochant du football en Amérique du Sud. Les Mayas jouaient au pok-a-tok, les Aztèques au tachtli. Les deux sports étaient des sports violents, dans lesquels le capitaine vaincu était décapité.

 

Bien évidemment, on trouve aussi des origines du football en Europe, initialement en Grèce. Les premières lignes parlant d’un sport de balle se trouvent dans L’Odyssée d’Homère au chant VIII : « Alcinoos ordonne à Halius et à Laodamas de danser seuls, parce que nul ne pouvait lutter avec eux. Ces danseurs prennent une superbe balle teinte de pourpre que leur avait faite le prudent Polybe, et l’un des deux, se renversant en arrière, la lance jusqu’aux sombres nuages ; l’autre, s’élevant par un bond rapide, la reçoit avec adresse et la renvoie aussitôt avant que de ses pieds il ait touché le sol. Quand ils se sont exercés quelque temps à lancer verticalement cette balle dans les airs, ils dansent en cadence et effleurent de leurs pas légers la terre fertile.» Au VIIIe siècle avant J.-C., les Grecs jouaient à l’episkyros, un sport ressemblant au football pour la taille du terrain de jeu et pour la composition des équipes (deux équipes de nombre égal, avoisinant la dizaine de joueurs), mais s’en différenciant car on pouvait y jouer avec les mains.

 

Chez les Romains, les légionnaires jouaient à l’haspartum, un sport dérivé de l’episkyros. Le but était d’amener une balle de 18 centimètres de diamètre dans le camp adverse. Ce sport, bien que violent, proposait déjà un aspect stratégique, avec des défenseurs, des milieux de terrain et des attaquants.

 

Le véritable ancêtre du football (et du rugby) date du Moyen-Age ; il s’agit de la soule. La date de sa création est inconnue. Ce sport, très violent, a à maintes reprises été interdit dans les pays où il était joué (principalement en France, mais aussi en Angleterre suite à l’arrivée outre-manche de Guillaume le Conquérant en 1066). On y jouait avec une soule, balle de cuir remplie de foin et de son (fragments de l’enveloppe des grains de céréales qui restent après le broyage de ceux-ci). Deux équipes s’affrontaient dans le but de ramener la soule dans leur camp en un point précis (les camps n’avaient pas de limites). Les règles n’étant pas codifiées, tous les coups étaient permis, dans la mesure où l’on respectait l’adversaire. Cela n’a pas toujours dû être le cas, puisque les blessés ne se comptaient pas sur les doigts de la main. On pouvait aussi jouer à ce sport à l’aide d’une crosse. La soule existe toujours, majoritairement en Normandie. Les règles sont écrites, et le sport beaucoup moins violent. Le calcio florentin était un autre sport similaire à la soule et joué à la même époque.

 

Au début du XIXe siècle, l’éducation physique fut introduite dans les écoles anglaises. C’est là que le football se développa pour devenir le sport que l’on connaît.

 

Jérémie

 

Sources

  • www.wikipedia.com
  • www.fifa.com
  • http://www.eyrolles.com/Chapitres/9782708134669/chap2_Villemeus.pdf
  • http://denisrolland.univ.free.fr/pdf/Histoire%20du%20football.pdf
  • http://remacle.org/bloodwolf/poetes/homere/odyssee/livre8.htm
  • http://lartdesmets.e-monsite.com/pages/divertissements-au-moyen-age/la-soule-ou-choule-au-moyen-age.html