Design Architecture Sagrada Familia Jesus Landmark

À la naissance d’un bébé, comme parents, nous avons un choix difficile à faire. Quel nom donner à notre enfant? Si ce choix nous paraît important, les noms bibliques le sont encore plus. Souvent le nom d’un personnage représente fidèlement son rôle dans le récit.

 

 

 

Traduire la sonorité ou le sens d’un nom?

La majorité des noms bibliques ont été traduits pour donner une idée du son dans la langue d’origine. Par exemple, le mot hébreu Evel a donné le nom Abel. Au lieu de traduire le sens du mot hébreu qui signifie « vapeur », on a préféré respecter la sonorité générale du nom. Ainsi en lisant une traduction française du livre de la Genèse, on n’a aucune idée de la portée de ce nom. Puisqu’en hébreu, ce nom évoque la buée, il donne un clin d’œil aux lecteurs qui sont capables de lire le texte de la Bible hébraïque : « Attention, ce personnage est comme une buée éphémère ! » Aucune surprise de voir qu’il sera tué quelques versets après sa naissance.

Et, celui qui le tue se nomme Caïn. Cette traduction du mot Qayin ne permet pas de savoir qu’il évoque une lance dans sa langue d’origine. La violence est inscrite dans le nom même du premier meurtrier de la Bible.

 

 

 

Comprendre ces noms pour mieux lire

Les interprétations littérales ou fondamentalistes de Genèse sont beaucoup plus difficiles à tenir lorsque nous tenons compte de la signification des noms. Si je vous raconte une histoire à propos de l’union entre l’humanité (Adam) et la vie (Ève) dans le jardin des délices (Eden) qui ont engendré deux frères : la lance (Caïn) et la vapeur éphémère (Abel). Après la sortie de ce jardin, la lance (Caïn) a tué la vapeur éphémère (Abel).  

La signification des noms montre aux lecteurs que nous sommes devant un récit symbolique où les personnages représentent beaucoup plus que des individus. Les textes bibliques portent des significations symboliques que nos traductions rendent difficilement.

 

 

 

Les noms de Jésus

Les noms de la plupart des autres personnages bibliques permettent aussi de mieux comprendre leur récit. En ce temps de Noël, le meilleur exemple est Jésus. L’Évangile de Matthieu commence son récit en expliquant deux noms pour présenter ce personnage central. Il est Jésus (Iesou) et Emmanuel (Emmanouel). En hébreu et en araméen, le nom de Jésus est compris comme Dieu sauve. Or Mt 2,21 renverse les perspectives en expliquant ce nom. Ce n’est plus Dieu, mais Jésus qui sauvera son peuple. En Mt 2,23 le nom Emmanuel est expliqué comme Dieu-avec-nous. Ainsi ces noms indiquent clairement deux fonctions de Jésus. Il est le sauveur et la présence de Dieu pour les personnes qui le suivent.

 

 

Sébastien Doane, professeur d’exégèse biblique à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval (Québec).

 

Source : Interbible

Image : MaxPixel