photo_calendrier

En Suisse, il y a de nombreux jours fériés, qui diffèrent d’ailleurs d’un canton à l’autre du fait de l’autonomie qu’ont les cantons dans ce domaine. Mais sait-on vraiment d’où viennent ces différents jours fériés ? 

 

Voilà donc une petite sélection en trois parties, avec, dans cette deuxième partie, les fêtes liées au mystère pascal, à savoir la mort et la résurrection du Christ.

 

Date de Pâques

partie_2_vigilePetit mot d’abord sur la fête de Pâques en elle-même, et sur la complexité apparente du choix de la date de Pâques, qui varie tous les ans. En fait, lors des premiers siècles, plusieurs calendriers étaient en vigueur. D’un côté le calendrier juif, et de l’autre le calendrier julien (du nom de l’empereur Jules César), qui ne concordaient pas. En effet, le calendrier juif se basait à la fois sur les cycles solaires et lunaires, avec des mois de 29 ou 30 jours pour correspondre aux mois lunaires. Mais avec 12 mois de 29 ou 30 jours, il manquait une dizaine de jours pour arriver à une année solaire, ce qui fait que les juifs, sur un cycle de 19 ans, avaient 7 années avec 13 mois. Tandis que le calendrier julien, qui est très proche du calendrier grégorien que nous utilisons encore aujourd’hui, comptait chaque année 12 mois de 30 ou 31 jours, à l’exception de Février qui comptait 28 ou 29 jours, ce qui rendait les deux calendriers peu compatibles. Les premiers chrétiens étant attachés à fêter les fêtes pascales au moment de la Pâques juive, il a fallu trouver une manière de de concilier l’envie de respecter cette tradition orientale avec la nécessité de célébrer Pâques le Dimanche selon le calendrier julien. D’où le fait que la Pâques a toujours eu une date variable d’année en année.

 

Mardi Gras et Mercredi des Cendres

Le Mardi Gras est le dernier jour avant l’entrée en Carême, le Mercredi des Cendres. Il constitue le point culminant de la période de Carnaval, période de fête avant les 40 jours de jeune du Carême. Quant au Mercredi des Cendres, il symbolise l’entrée en Carême, figuration des 40 jours que Jésus a passé au désert. Traditionnellement, durant la Messe du jour, appelée Messe des cendres, le prêtre marque le front des paroissiens d’une croix en cendre, en signe de pénitence et en rappel de la Parole de la Genèse qui dit de se rappeler que tu es poussière et que tu retourneras en poussière (Gn 3,19).

 

Aujourd’hui, il ne s’agit pas de jours fériés, même si dans les cantons catholiques, les vacances scolaires de Février tombent systématiquement cette semaine-là. Quant à leurs dates, elle dépend de la date de Pâques : 40 jours avant Pâques, dimanches non compris, pour le Mercredi des Cendres.

 

Vendredi Saint

Le Vendredi Saint correspond pour les chrétiens au jour où Jésus est mort sur la croix, et fait partie du Triduum Pascal, qui commence le jeudi soir par la célébration de la Sainte Cène et se termine le Samedi soir par la Veillée Pascale. Cependant, si ce jour est férié dans la plupart des cantons suisses, ce n’est pas à cause des catholiques, pour lesquels le jour le plus important est le Dimanche de Pâques, où le Christ est ressuscité, mais principalement à cause des protestants luthériens, pour lesquels le Vendredi Saint a longtemps été le jour le plus important de l’année au niveau religieux.

 

Lundi de Pâques

Le fait que le lundi de Pâques soit un jour férié est un reste de pratiques anciennes où les 8 jours suivants la Résurrection (du Dimanche de Pâques au Dimanche de la Divine Miséricorde, soit l’Octave de Pâques) étaient généralement fériés pour fêter la Résurrection de Jésus-Christ. Aujourd’hui, seul le Lundi reste férié, mais pour l’église catholique, l’Octave de Pâques reste un moment très important de l’année.

 

Ascension

Avec Noël, Nouvel An et la Fête Nationale, il s’agit du seul jour férié commun à tous les cantons suisses. Célébrée 40 jours après Pâques, elle marque pour les chrétiens la montée au ciel de Jésus, et a toujours lieu un Jeudi, permettant parfois d’avoir congé le vendredi qui sui, même si le vendredi n’est officiellement pas un jour férié.

 

Lundi de Pentecôte

La Pentecôte, célébrée le Dimanche et non le lundi comme le jour férié pourrait le suggérer, constitue la fin du temps pascal, soit une période de fête de 50 jours pour l’église catholique, qui marque selon la tradition la descente de l’esprit saint sur la terre. Avant le concile Vatican II, le Lundi de Pentecôte faisait partie, d’un Octave de fête, qui a été supprimé. Le Lundi de Pentecôte est donc un reste de cette tradition religieuse.

 

Fête Dieu

partie_2_fete_DieuFête éminemment catholique, puisqu’elle commémore pour l’église catholique la présence réelle du Christ dans l’hostie et le vin consacré (cela veut dire que si l’apparence est celle du pain et du vin, la substance est par contre celle du corps et du sang du Christ), elle a lieu le 60ème jour après Pâques (soit toujours un jeudi) et elle donne lieu dans les cantons catholiques à de très grandes processions religieuses. Par contre, les protestants ne reconnaissant pas la présence réelle du Christ dans les hosties et le vin consacré, elle n’est pas du tout férié dans les cantons protestants. De fait, dans ces cantons, la fête religieuse catholique est déplacée au dimanche suivant, alors que dans les cantons catholiques, le jeudi est  un jour férié.

 

Christophe Savioz

 

Source des illustrations : Wikimedia Commons