crepe

Le mercredi des cendres marque le souvenir d’Adam condamné après son péché à retourner poussière. Ce-jour-là, les chrétiens sont invités à se purifier de leurs fautes et à faire pénitence par des privations. Le mercredi des Cendres est ainsi le 1er jour du Carême qui va durer 40 jours. A l’issue de ces 40 jours la fête de Pâques célébrera la mort et la résurrection du Christ.

 

Pour marquer le coup avant que ces privations ne commencent, la veille, le mardi, on faisait gras. On finissait les aliments gras avant de se mettre au Carême. On en profitait pour faire des beignets, des bugnes et des fritures. De plus, la tradition du Carême veut qu’on cessait également de manger des œufs, donc on en profitait pour faire des crêpes. Par opposition au Carême, le Carnaval est une période de joie et de liberté où les règles de vie normales sont suspendues et où chacun fait un peu comme il lui plaît : on se déguise, on mange tout ce qu’on veut, on sort chanter dans les rues.

 

Pourquoi toutes ces informations ? Il y a quelques années, j’étais assis dans ma cuisine avec mes amis, nous parlions de la société et des nombreux changements qu’elle a connu. J’entendais dire que les belles traditions se sont perdues et que le monde était devenu austère.  Mes amis s’enfoncèrent dans une mélancolie nostalgique. En bref, l’Europe perdait ses traditions et donc une certaine saveur. Je n’étais pas d’accord, car l’optimiste en moi m’interdisait de m’arrêter tout simplement à des constatations négatives à l’égard de notre monde. Non, au lieu d’auto-pleurnicher, je préfèrais agir afin d’apporter un changement. Et donc voici mon pronostic :

D’où viennent les traditions ? Qui les a instaurées, modifiées, embellies et adaptées ? Ce sont les gens ! Oui, depuis quelques années certaines traditions se sont oubliées, mais elles ne sont pas perdues. Il suffit de les remettre au goût du jour. Nous sommes les moteurs qui font vivre ces traditions.

 

Alors voilà, j’ai décidé de fêter Mardi Gras depuis quelques années. J’invite mes amis, je cuisine des plats gras, j’achète du vin, je décore la table et mon appartement, nous nous déguisons et l’ambiance est décontractée. Je leur rappelle ce que symbolise ce jour. C’est l’occasion idéale  pour exagérer une dernière fois avant le Carême et les 40 jours d’abstinence. Je vous incite à faire pareil. Faites revivre une tradition. Pourquoi pas la Chandeleur ? Et pourquoi ne pas redonner de la couleur à la fête de l’Ascension ? Rendons ces jours uniques en invitant nos familles et nos amis, osons modifier et adapter ces fêtes afin qu’elles nous rassemblent dans la joie de Dieu.

 

 

Alain Ulrich

 

Image: http://fr.freeimages.com/