Ange fumée_sxc.hu

C’est partie d’une envie, toute simple : celle de voir le côté positif de la vie. Après une année 2015 particulièrement marquée par un contexte international tendu et des médias obnubilés de nous inonder de mauvaises nouvelles, j’ai pensé qu’il était temps de changer de point de vue. De prendre un peu de recul, de faire le tri dans ce flot ininterrompu d’informations et de sélectionner, une fois n’est pas coutume, celles qui seront certes moins sensationnelles mais qui nous mettent un peu de baume au cœur et qui, surtout, nous redonnent un peu espoir. Connaissez-vous SEAS, cette start-up suisse qui a développé des machines capables de transformer l’air ambiant en eau potable ? Avez-vous entendu parler de Kevin-Djéné, ce petit garçon de 5 ans qui a réussi à sauver la vie de son père ? Et si on parlait davantage du crowdfunding, ce financement participatif qui permet à des personnes comme vous et moi de lever des fonds pour des projets qui leur tiennent à cœur ?

 

Bref, en s’inspirant de l’exemple du « Journal des bonnes nouvelles », j’ai pensé que le site internet de PASAJ était l’endroit idéal pour relayer ces petits faits quotidiens, qui, à leur manière, améliorent le monde que nous partageons. Si les grands journaux et les grandes chaînes de télévision ne les trouvent pas dignes d’intérêt, soit, c’est leur choix. Mais le droit à l’information est une valeur inhérente à notre société et qui prend tout son sens dans l’ère 2.0 dans laquelle nous vivons. Alors donnons-nous le droit aussi de diffuser les innovations, les réussites et les belles histoires. Car ce sont elles qui nous insufflent l’énergie pour avancer et, si possible, pour faire mieux demain. D’ailleurs, « Demain », l’avez-vous vu ce dernier documentaire qui parcourt la planète pour montrer que partout dans le monde, des solutions existent ?

 

« Mais alors, pourquoi les ailes des anges ? » m’a-t-on demandé lors de la dernière réunion de la team rédac. Parce que ces bonnes nouvelles sont comme les ailes des anges qui, éphémères et à peine visibles, vous caressent tendrement le visage et vous redonnent le sourire. Cherchons-les, partageons-les, et faisons d’elles nos moteurs de la vie.

 

 

Margaux

 

Ps : bonne année 2016 !