photo Flo

Colette Nys-Mazure

La Chair du poème

Petite initiation à la vie poétique 

 

J’ai découvert un  passage dans le texte de Colette Nys-Mazure qui parle de la jeunesse…
Je vous le partage…

Elle écrit :

-Lors d’une préparation de composition écrite touchant à l’utilité de l’art, un étudiant avait lancé : « L’art met plus de gaieté dans notre vie » Était-ce une observation ou l’expression d’une attente ? Contrepoids au glauque ambiant, à coup sûr. Les adultes ont-ils conscience du visage triste ou rébarbatif qu’ils offrent à leurs enfants ? A quoi bon les élever, comme on dit si bien, si on ne leur communique pas l’envie de croître, de vivre à travers tout, dans un monde à changer, à améliorer ?

Et là elle nous livre un extrait d’un  poème d’Andrée Chedid :

 

Jeunesse qui t’élances

Dans le fatras des mondes

Ne te défais pas à chaque ombre
Ne te courbe pas sous chaque fardeau

Garde-toi des mots qui se dégradent
Garde-toi du feu qui pâlit
Ne te laisse pas découdre tes songes
Ni réduire ton regard
Jeunesse entends-moi
Tu ne rêves pas en vain

Andrée Chédid , Texte pour un poème 1949-1970 Flammarion

 

Marie-José