31682333_1674558499246527_5552545887911149568_n

Le P. Henri-Jérôme Gagey, théologien, auteur des Ressources de la foi (Salvator), répond aux questions de Sophie de Villeneuve dans l’émission Mille questions à la foi sur Radio Notre-Dame. Sur le site Croire.com.


Sophie de Villeneuve : Qu’est-ce qu’être catholique ?, demande un internaute de croire.com. Est-ce obéir au pape ? Aller à la messe ? Croire en certaines choses précises ?

H.-J. G. : La réponse est simple : être catholique, c’est être un disciple de Jésus-Christ dans l’Église catholique, puisqu’il existe des disciples du Christ dans d’autres Églises. Mais d’abord, un catholique est un disciple du Christ qui a été appelé à suivre la voie ouverte par Jésus. C’est répondre à un appel, plutôt que disposer d’une identité.

 

On n’est pas catholique par sa naissance, son éducation, sa culture… ?

H.-J. G. : On peut bien sûr appartenir à l’Église catholique dès sa naissance, et apprendre ensuite peu à peu à confesser la foi chrétienne, à vivre dans l’intimité du Christ, ce qui d’ailleurs n’est jamais acquis une fois pour toutes. Les premiers disciples étaient des catholiques, non pas parce qu’ils obéissaient à un pape ou croyaient à une théologie trinitaire qui n’avait pas encore été formulée, mais parce qu’ils se rassemblaient en sachant qu’ils étaient alors à deux ou trois, le corps du Christ.

 

Donc être catholique, c’est choisir de répondre à un appel ?

H.-J. G. : Tout à fait. Cette réponse peut être celle du petit enfant qui ne sait pas encore bien ce qu’il fait, mais que ses parents ont mis sur cette voie, comme celle de la personne qui, sur le point de mourir, demande à voir un prêtre… Elle peut prendre des formes très diverses, mais elle est toujours une réponse à l’appel du Christ tel que l’Église catholique l’a transmis.

 

Etre disciple de Jésus, en quoi cela consiste-t-il ?

H.-J. G. : C’est reconnaître dans la vie que Jésus a incarnée, dans le témoignage qu’il en a donné, la vérité de la vie. C’est reconnaître en Jésus la manifestation de la vérité de la vie et de l’amour, à la suite des prophètes et des sages d’Israël. Et accepter d’entrer à sa suite dans ce chemin de vie. L’Évangile est un chemin de vie, un appel à conformer son existence à celle du Christ. Avant de devenir pape, Joseph Ratzinger disait que l’Évangile est une réponse claire à la question : Comment vivre ? Etre chrétien, c’est avoir trouvé dans l’Evangile une réponse à cette question. Bien sûr cette réponse n’est pas figée, car elle dépend pour chacun des conditions dans lesquelles il vit, de son âge, du lieu et de l’époque où il vit…

 

Donc être catholique, cela ne signifie pas obéir au pape ou aller à la messe ?

H.-J. G. : Bien sûr que si ! Nous pensons que la manière dont l’Église catholique interprète l’Évangile du Christ est vraie. Nous lisons l’Évangile à la lueur de cette interprétation. Donc nous sommes fidèles au pape, nous sommes dans la communion de l’Église. Etre disciple du Christ, selon l’Évangile annoncé dans l’Église, c’est aussi se rassembler pour célébrer sa mort et sa résurrection, ce que les chrétiens font depuis les tout débuts de l’Église. Aller à la messe, ce n’est pas accomplir un devoir rébarbatif, c’est célébrer le jour du Seigneur comme l’Église le fait depuis deux mille ans, c’est aller boire à la source qui nous est offerte.

 

Est-ce que c’est aussi croire en des choses qui nous sont enseignées par l’Église ?

H.-J. G. : Évidemment ! Le Credo est, dans un langage très technique, l’ensemble des règles d’interprétation du témoignage du Nouveau Testament, tel que l’Église l’a élaboré au long des âges, au fur et à mesure que naissaient des questions ou des contestations qui appelaient à faire le point. C’est la règle de foi. Attention à ne pas mettre les choses à l’envers : nous ne confessons pas le Credo pour lire ensuite l’Évangile, nous lisons les évangiles, nous les écoutons dans la prédication, et quand ils font difficulté, nous les interprétons à l’aide du Credo. Le Credo est un moyen de résoudre des conflits d’interprétation ou des difficultés de compréhension. Les catholiques ne sont pas d’abord des gens qui confessent des articles de foi, ce sont des personnes qui ont été touchées, séduites, convaincues par la forme de vie qui s’affirme dans l’Évangile du Christ, et qui la reçoivent et la célèbrent avec la communauté de l’Église. Les formules que notre internaute emploie dans sa question chosifient ce que signifie être catholique. Or aujourd’hui, nous avons besoin de redécouvrir la fluidité fondamentale de l’existence chrétienne : réponse à un appel dans la communauté qui interprète cet appel dans son Credo, et qui célèbre Celui qui appelle dans son eucharistie.

 

Que répondriez-vous à celui qui dit adhérer à la personne du Christ et aux évangiles, mais pas aux dogmes que l’Église impose ?

H.-J. G. : Est-ce que vraiment, elle n’y adhère pas ? Beaucoup de gens rejettent des affirmations fondamentales de la foi simplement parce qu’ils les ont mal comprises, pas nécessairement parce qu’ils sont idiots mais parce qu’on les leur a mal expliquées. Ils n’en ont pas reconnu la vérité dans les mots de la tradition. Et quand on leur explique les choses autrement, ils reconnaissent qu’ils peuvent y croire. C’est sur la base de l’évangile et de la vie chrétienne que l’on peut retrouver le sens du Credo et de la pratique sacramentelle. L’inverse n’est pas possible !

 

Etre catholique, c’est aussi tout un style de vie ?

H.-J. G. : Oui, c’est un style de vie qui peut varier selon les âges, les continents… Mais ce qui ne varie pas, c’est la confiance dans la vie que Dieu donne, la certitude profonde que le pardon vaut mieux que la haine et que, même si on n’y parvient pas toujours, il est toujours possible et fructueux d’aimer ses ennemis. Quand vous y parvenez, à condition que la justice soit respectée, vous découvrez que la vie est meilleure.  

 

Source : Croire.com

Logo : facebook JMJ romandes 2018