The sun rises as people gather for an ecumenical Easter service in Scituate, Mass., March 31. (CNS photo/Jessica Rinaldi, Reuters) (April 1, 2013)

Tous les ans, à l’occasion « de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens » que nous venons de vivre (fin janvier), l’Eglise nous propose non seulement de prier mais aussi de travailler à l’unité des chrétiens et, ainsi, construire la «civilisation de l’amour », expression qui a été conçue par Paul VI et abondamment utilisée par Jean Paul II. Cet appel pour l’unité entre les chrétiens trouve ses origines bibliques dans la lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens, qui nous enseigne :

« Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu’un seul corps, ainsi en est-il du Christ. Tous, en effet, nous avons été baptisés dans un seul esprit pour former un seul corps » (I Cor 12, 12-13)

 

Un Esprit, un seul corps, de nombreuses personnes, de nombreux dons. Comment peut-il avoir une unité, en dépit de la grande diversité existante entre les chrétiens Comment un tel groupe si diversifié et hétérogène, composé d’individus si différents, peut former un seul corps ? Serait-il possible ? Oui, c’est possible, car c’est en Jésus, le Christ,  qu’est la grâce de l’unité.

Nous savons que dans les différentes Eglises chrétiennes,  il y a une multiplicité des charismes. Il y a des différents mouvements, types de spiritualité, styles de chant et différents styles d’annoncer l’Évangile. Plusieurs nationalités,  plusieurs langues, différentes cultures et des expériences de foi très personnelles. Par les Ecritures, nous voyons que sommes appelés à l’unité.

Dieu agit à travers la diversité. Il attire à Lui des personnes de tous les milieux, de tous les tempéraments, avec tous les talents. Et Dieu considère cela comme une opportunité pour faire usage de tout le spectre humain afin de délivrer son message au monde. Néanmoins, la fierté exagérée peut nous conduire  à la jalousie, à la concurrence et à la désunion. Seulement l’humilité et le respect pour l’autre peut conduire à la réconciliation. La gentillesse et la douceur sont essentielles pour l’unité des chrétiens. Et le respect pour l’autre nous aide à atteindre l’unité voulue par Dieu et à vivre et travailler ensemble, malgré nos différences, puisque nous savons que s’il manque un morceau, le corps n’est pas complet.

 

C’est pour cela que Paul nous exhorte :

« Ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour; ayez à cœur de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance. (Eph 4, 2-4).

Eh bien, « supportez-vous les uns les autres», cela implique la compréhension et une volonté de pardonner et d’accepter l’autre. Bien sûr, toutes ces grâces sont enracinées dans l’amour, et c’est cette pratique active de l’amour qui préserve les relations et promeuve la paix et l’unité dans la communauté chrétienne. En devenant chrétiens, notre but est de glorifier le Seigneur. Et ainsi, en travaillant ensemble pour atteindre cet objectif, nous grandissons dans la foi et pouvons mieux proclamer la Parole de Dieu. Bien que nous soyons toujours des personnes différentes, il ne faut pas oublier que, en tant que chrétiens, nous travaillons pour atteindre le même objectif : annoncer l’Evangile et glorifier le Seigneur.

 

Nous sommes donc une unité dans le Christ, avec nos différences.  Alors, que notre union soit la force qui nous conduise à annoncer l’amour du Christ à nos frères et sœurs répandus dans le monde. Que cette « comm-union » soit le témoignage concret de notre foi en Jésus. Qu’à travers cette unité dans la diversité, nous puissions, nous tous, découvrir le chemin d’amour fraternel qui nous amène vers nos frères et vers Dieu !

 

Paix et Bien.

 

Aleksandro  Clemente , en stage de discernement à PASAJ