EttyHillesum 3

Grande figure de la spiritualité contemporaine, Etty Hillesum était loin d’être une « sainte nitouche ». Audacieuse, elle a pris le risque d’aimer librement, certaine que la force de l’amour serait chemin de vérité. Juive, elle a délibérément choisi de ne pas se dérober au drame de son peuple. Elle est morte à Auschwitz en 1943, laissant un journal et des lettres qui ont bouleversé des millions de lecteurs.

 

Elle nous a laissé des journaux où sa vie spirituelle s’est épanouie. Et dans les temps que nous traversons, il y a une parole qui peut plus particulièrement nous parler :

 

“Ne pourrait-on pas apprendre aux gens qu’il est possible de “travailler” à sa vie intérieure, à la reconquête de la paix en soi. De continuer à avoir une vie intérieure productive et confiante, par-dessus la tête – si j’ose dire – des angoisses et des rumeurs qui vous assaillent.

Ne pourrait-on leur apprendre que l’on peut se contraindre à s’agenouiller dans le coin le plus reculé et le plus paisible de son moi profond et persister jusqu’à sentir au-dessus du soi le ciel s’éclaircir – rien de plus, mais rien de moins.”

 

 

Etty Hillesum, dans « Une vie bouleversée »