jardin étu 1

Blandine, ingénieur agronome, a lancé en 2012 un jardin de la pastorale étudiante de Toulouse. Pour elle, prendre soin de l’Homme passe par le soin de la Terre. Une conviction qu’elle partage avec passion.

 

J’avais cette idée de jardin déjà depuis un moment. Je trouve qu’en ville, l’homme est trop souvent déconnecté de la nature et du lien à la terre. On mange de la nourriture achetée au supermarché, sans goût, dont on ne connaît pas l’origine. Beaucoup de jeunes ne savent même plus quels sont les légumes de saisons. J’avais envie de partager aux autres, et notamment aux jeunes de mon école et de notre paroisse, cette notion de prendre soin de la terre, de la faire vivre. L’idéal était alors d’aménager un bout de terre « précieuse » pour qu’on s’y sente bien, la partager pour que chacun puisse prendre conscience de ce lien avec la terre.

 

On a monté un groupe : « Les Mètre Carotte ». Nous avons démarré à trois, avec le soutien actif de la pastorale étudiante de Toulouse et les responsables des jardins de Bourrassol qui accueille 17 autres parcelles comme la nôtre.

 

 

 

Un jardin ouvert à tous

On a eu la chance d’avoir une grande parcelle avec des arbres fruitiers et des fleurs. On a d’abord mis en place un compostage. Très vite, on s’est rendu compte que les connaissances en jardinage étaient inégales. On a donc créé un atelier hebdomadaire pour permettre à nos amis et amis d’amis de venir voir, s’informer et s’essayer au jardinage… et avons lancé un blog pour communiquer. Le but c’est d’amener des gens à connaître cet amour de la terre. D’autres activités autres que la culture maraîchère se sont greffées au jardin pour favoriser les interactions : expositions, chorale, atelier cuisine… Tous sont les bienvenus !

 

 

 

Une occasion d’évangélisation

D’autres jeunes ont pris la relève et même s’ils ne sont pas forcément croyants, ils participent à certains événements de la paroisse comme le repas après la messe. Quelle joie d’entendre des amis dire « On pensait arriver dans un milieu coincé et froid et on a passé une super soirée ! ». Une belle manière d’évangéliser donc !jardin étu 1

 

Ces petites initiatives autour du jardin sont une belle manière de témoigner des merveilles que Dieu nous donne chaque jour. Je suis convaincue que Dieu se révèle à nous dans les petites choses ! Jardiner et cuisiner peuvent produire de grandes richesses humaines que le supermarché et Picard ne pourront à mon avis jamais égaler !

 

Avoir un bout de nature en plein Toulouse c’est vraiment agréable. C’est un lieu où on se sent bien. Et pour moi, qui me destine à une activité maraîchère, c’est un super endroit pour expérimenter, apprendre et tester.

 

 

 

« Pour moi, l’écologie fait partie inhérente de ma foi »

Pour moi, l’écologie fait partie inhérente de ma foi : c’est ma foi qui me pousse à contempler la création pour pouvoir agir de manière bienveillante envers la nature et les hommes.

Pour moi, tout est lié : la manière de vivre ma foi, d’être en relation avec les gens, de travailler avec le respect de la Terre et de garder toujours ce temps gratuit qui nous permet de voir les merveilles que Dieu nous donne à travers la Création.

 

 

« Tout est lié »jardin étu 2

Personnellement, dans notre couple, cela se traduit par la présence d’un potager, par l’importance du temps pris pour préparer un repas, par l’ouverture de notre maison à ceux qui en besoin (toujours à la recherche d’un juste équilibre entre notre couple et nos relations extérieures) et aussi par la prière : le fait de bénir le repas quotidiennement nous permet de nous rendre compte de la richesse qui nous est donnée, par le travail et l’amour des gestes accomplis, de la graine en terre à la première bouché de ce repas préparé dans l’attention aux autres.

 

Ce sont de petites choses mais qui changent la relation à la terre et aux hommes. Nous prenons tout simplement le temps de vivre ce qui nous est donné et de rendre grâce pour cela.

 

 

Blandine, 28 ans

 

 

Source et photos : Blog jeunes cathos de France